Kindia: Une des nombreuses solutions pour être au rendez-vous des examens de fin d’année en Guinée.

0
0

Depuis le 12 février 2018, les cours sont perturbés dans l’enseignement pré-universitaire à cause de la grève lancée par le syndicaliste dissident, Aboubacar Soumah, du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG). Ce qui a un impact négatif sur l’exécution des programmes scolaires.

Pour éviter de passer la journée à se tourner les pouces, certains professeurs de Kindia donnent des cours de soutien scolaire. Conscients du retard qu’accuse le calendrier scolaire, ces enseignants comptent combler des lacunes pour les élèves soucieux. “En cette période de grève, plusieurs élèves de Kindia cherchent à se perfectionner à tout prix. Les enseignants sont conscients de l’impact de leur mot d’ordre de grève sur l’année scolaire. Nous travaillons tous les jours de 9 à 15 heures pour aider les élèves”; a déclaré un jeune professeur qui a préféré garder l’anonymat.

Cependant, le service n’est pas gratuit. Pour bénéficier de ces cours, il faut mettre la main à la poche. “L’argent que les élèves donnent, c’est juste pour le transport des enseignants. Nous savons tous que le pays va mal mais nous aidons ces élèves qui sont engagés. On ne le fait pas à cause de l’argent. Ils sont nos frères, nos sœurs, nos enfants. Nous accompagnons aussi le système éducatif”, explique-t-il.

La grève continue déclenchée par le SLECG, est à sa troisième semaine alors que les évaluations de fin d’année approchent à grand pas.

 

Ibrahima sory Traoré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here