Cours de rattrapage à Oumou Diaby : « c’est pour pousser les parents à payer… », dit Karim Touré

0
0

Comme annoncé dans nos précédentes publications, après la grève des enseignants, l’heure est aux cours de rattrapage dans les écoles qui ont enregistré des perturbations à Conakry et dans la Guinée profonde. A l’absence d’une décision du département Pré-Universitaire, beaucoup d’écoles veulent mettre à profit les congés de Noël pour se rattraper. C’est le cas du complexe scolaire privé, Oumou Diaby, à Cosa, dans la commune de Ratoma où un journaliste de Guinematin.com a rencontré ce lundi, 18 décembre 2017, monsieur Karim Touré, coordinateur de ladite école.

Selon ses explications, dans la zone de Cosa, les écoles ont enregistré trois semaines de perturbation. Mais, dès après la suspension de la grève par le syndicat, les cours ont repris à la normale. « Nous avons pris les dispositions pour dire que désormais les cours vont se tenir tous les jours de 8 heures à 14 heures. Après une heure de pause, les élèves reviennent à 15 heures pour continuer jusqu’à 18 heures. En plus, il n’y a pas de congé de Noël. Les enfants n’iront pas en congés », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est des motifs de cette privation de congé aux élèves, le coordinateur de l’école Oumou Diaby a ajouté que c’est une manière pour eux de pousser les parents à payer les frais de scolarité. « Nous sommes dans un milieu où les parents ne payent pas la scolarité surtout quand il y a une perturbation. Donc, c’est une manière de pousser les parents à payer », a-t-il dit.

Sur le niveau d’avancement du programme, ce responsable d’école a expliqué que pour l’heure, ils sont entre 30 à 40%. « Nous avons constaté que les professeurs sont beaucoup en retard. Mais, pour les classes d’examens, il faut noter que même pendant la grève on venait sans tenue. C’est un secret qu’on avait inauguré. A ce niveau, nous sommes à 50% du programme ».

Néanmoins, monsieur Karim Touré demande au gouvernement à veiller à ce que des mouvements de ce genre ne se répètent pas. « Cela impact beaucoup sur les écoles, surtout au niveau des privées. Jusqu’à présent, beaucoup de nos enseignants n’ont pas encore été payés, c’est après le rattrapage qu’ils seront payés», a-t-il annoncé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here