Suppression des évaluations mensuelles dans les écoles : les explications du Ministère de l’Education

0
0

Depuis quelques années, les compositions trimestrielles pour l’élémentaire et semestrielles pour le secondaire avaient disparues pour laisser la place à des évaluations mensuelles. Mais cette nouvelle méthode n’a pas réussi à faire long feu dans le système éducatif guinéen. Les évaluations mensuelles ont été supprimées cette année par le Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Et le secrétaire général de ce département a expliqué à Guineematin.com les raisons d’une telle décision.

Pour les acteurs du secteur éducatif guinéen, c’est le retour à l’ancien système d’évaluation. Celui des compositions qui sont de trois pour les élèves de l’élémentaire et de deux pour ceux du secondaire. Mais pourquoi ce come-back alors que cette façon d’évaluer les apprenants avait disparu il y’a quelques années au profit d’une autre, qui consistait à évaluer les élèves mensuellement ?

La raison est simple selon Casimir Diaora, secrétaire général du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation : « Le département a décidé de revenir au statut d’avant parce que les effectifs sont pléthoriques dans la plupart de nos écoles alors que les évaluations ne sont bénéfiques que pour les écoles à effectifs acceptables, c’est-à-dire entre 25 et 35 élèves par exemple. Mais dans la plupart de nos écoles nous avons 60, 70, jusqu’à 90 élèves par classe, il n’est pas facile donc d’accomplir le travail de correction qu’il y’a. Et la plupart du temps, ceci entraîne des contraintes non seulement chez les enfants, chez les parents et chez les maîtres, contraintes qui sont devenues difficiles à supporter. C’est pourquoi nous avons décidé d’ici qu’on ait des classes à effectifs réduits, à effectifs supportables, nous allons partir sur l’ancienne méthode et nous pourrons quand les moyens vont s’accroître, revenir à des méthodes plus serrées d’évaluation », a expliqué Casimir Diaora.

A noter que certaines écoles ont entamé les premières compositions de l’année juste après la dernière grève des enseignants, alors que d’autres devraient chercher d’abord à rattraper leur retard avant d’évaluer leurs élèves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here